• "On croit mourir pour la Patrie, on meurt pour des industriels..."

    " Sans s'exagérer la puissance de la Seconde Internationale à partir de 1901, on a le droit d'affirmer que l'Occident, en 1914, autant qu'au bord de la guerre, se trouve au bord du socialisme. Celui-ci est sur le point de se saisir du pouvoir, de fabriquer une Europe aussi moderne, et plus peut-être qu'elle ne l'est actuellement. En quelques jours, en quelques heures, la guerre aura ruiné ces espoirs.
    C'est une faute immense pour le socialisme européen de cette époque que de n'avoir pas su bloquer le conflit."  Fernand Braudel

     f1.highres" la guerre mondiale fut essentiellement l’œuvre des hommes d'argent; que ce sont les hauts industriels des différents États de l'Europe qui, tout d'abord la voulurent, la rendirent nécessaire, la firent, la prolongèrent. Ils en firent leur état, mirent en elle leur fortune, en tirèrent d'immenses bénéfices et s'y livrèrent avec tant d'ardeur, qu'ils ruinèrent l'Europe, se ruinèrent eux-mêmes et disloquèrent le monde."

    " Ainsi, ceux qui moururent dans cette guerre ne surent pas pourquoi ils mouraient. Il en est de même dans toutes les guerres.  Mais non pas au même degré. Ceux qui tombèrent à Jemmapes ne se trompaient pas à ce point sur la cause à laquelle ils se dévouaient. Cette fois, l'ignorance des victimes est tragique. On croit mourir pour la patrie; on meurt pour des industriels.

    Ces maîtres de l'heure possédaient les trois choses nécessaires aux grandes entreprises modernes : des usines, des banques, des journaux. 

    Lettre d'Anatole France dans l'Humanité du 18/07/1922

     *

    "On croit mourir pour la Patrie, on meurt pour des industriels..."Reportage : Antoine Chao - Explications avec l'historienne Annie LACROIX-RIZ et reportage à Verdun. Émission Là-bas si j'y suis

     *

    Qui est responsable de cette guerre ?

    Michel Collon  avec trois historiens :

    En cette année anniversaire,les médias racontent «comment»a eu lieu la Première Guerre mondiale (dix millions de morts),mais jamais pourquoi. «Morts pour la patrie»,proclament tous nos monuments officiels.Mensonge !

    14-18, c'était déjà une guerre du fric. Non seulement chez les « méchants » (Allemagne, Autriche), mais aussi chez les «gentils (France, Angleterre, Belgique...), le véritable enjeu était :quelle puissance dominera le monde et contrôlera ses richesses ?

    C'était aussi une guerre des classes dominantes contre les pauvres, contre leurs propres travailleurs exterminés froidement."

     

    "On croit mourir pour la Patrie, on meurt pour des industriels..." Jacques Pauwels, 14-18, une guerre de classe,  interview sur le site de l'INEM

    "On croit mourir pour la Patrie, on meurt pour des industriels..." Anne Morelli, Principes élémentaires de la propagande de guerre, interview sur le site 1libertaire.free

    "On croit mourir pour la Patrie, on meurt pour des industriels..." Lucas Catherine , Des tranchées en Afrique, interview sur le site de l'INEM

    Partager via Gmail Yahoo!

    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :