• Tabarin & Mondor

    Un tabarin :  synonyme de farceur, de bonimenteur, d'imposteur...

    A Paris, sur le Pont-Neuf, au début du XVIIème siècle, les frères Philippe et Antoine Girard — Mondor le docteur  et son compère Tabarin maître opérateur —,  jouaient la farce pour attirer le chaland et vendre leurs improbables  médecines :

    " La première condition c'est de masquer; la seconde, de monter en banc; la troisiesme, dire et racompter des mensonges; la quatriesme, de se mocquer de la simplicité du peuple; la dernière, de vendre des boulettes."

    Les écrits de l'époque prêtent à Tabarin, qui tient alors le rôle du valet, un véritable génie du comique tirant ses effets de quelques accessoires, de répliques très épicées et pleines d'un bon sens que l'on attribue habituellement au peuple.

    Questions de Tabarin - n°1
    Qui sont les meilleures médecines et comment on connait les maladies.

    Quant aux drogues et baumes de Mondor, médicâtre sentencieux au langage châtié, ils avaient une grande renommée auprès du peuple, des  bourgeois et des riches seigneurs :
    " A la vérité,  il faut que je confesse, sans philautie ou ostentation, que mon bausme est un des plus rares secrets que la nature ait jamais descouverts, tant pour les expériences qu'il a fait paroistre, tant à Paris qu'és autres villes de France, où je l'ay distribué, que pour les événemens et guarisons admirables qui en sont réussis, outre mesme mon attente. Il est très-bon aux douleurs de teste, aux migraines, vertigo, ténébrosités du cerveau ; il est singulier pour le mal d'estomach, sincope, vomissemens, palpitations et autres incommoditez qui naissent en cette partie ; il est rare pour l'obstruction du foie, pour l'opilation de la ratte, pour mal de reins, de fluctions catareuses et pour les sciatiques : il ne faut qu'en engraisser la partie malade avec un linge bien chaud ; on en voit des effects admirables... Pour le mal de teste il se faut graisser les deux temples, la nuque et la suture coronale..."
    Réponse de Mondor à la Question n° 51
    Quelle est la force des médicaments tabariniques

    On ne s'étonnera pas que des envieux et calomniateurs aient voulu atteindre ce grand homme ami du genre humain et détenteur de panacée :

    "La calomnie a tellement pris pied dans la conception des hommes, et la médisance s'y est insinuée avec tant d'avantage, que la Nature ne semble nous avoir produit que pour être la butte et l'arc-boutant de toutes les javelines de l'envie ; depuis qu'on voit un homme de mérite qui a quelque ascendant sur le commun, la calomnie prend le parti de ceux qui envient son bonheur et débande le ressort de toutes ses inventions pour offusquer sa gloire et obscurcir sa renommée : en vain pourtant, puisque la vertu du soleil brillant de la vérité délie enfin toutes ses nuées et débrouille ce chaos de confusion et ce mélange de discorde.

    Depuis trois ans et demi que le sieur de Mondor a fait paraître dans la ville métropolitaine de ce Royaume ce que la Nature lui a départi de plus rare, quelques-uns, qui ne peuvent digérer d'une volonté libre tant de secrets qu'il donne au public, ont taché de ternir sa renommée par leurs discours calomnieux : ils ont dit que ses remèdes n'avaient la perfection à l'intérieur qu'il leur donnait à l'extérieur par son éloquence ; estomacs crus et cacochymes, qui ne savent à quel goût consommer tant de raretés !

    Qui est-ce dans Paris qui, voulant seulement recueillir la sentence de sa raison propre, n'opine grandement en sa faveur ? Peut-on dresser une batterie contre tant d'expériences que la vertu de ses remèdes a même fait paraître aux yeux de ceux qui désavouent par leur bouche ce que leur cœur autorise au dedans ?
    L'expérience est la mère de la vérité; il est impossible que s'étant servi trois ans durant d'un remède, qu'on n'en découvre les imperfections, s'il y en avait ; le temps décèle tout, il ne peut rien tenir caché.

    Il faut donc conclure que puisque la bouche de tant de diverses personnes, et même d'un peuple de Paris, où est la pépinière de tous les plus beaux jugements du monde, approuve ses remèdes et concourt d'une même voix à ses louanges, ils sont très rares et très excellents, et qu'en vain on s'attaque à la renommée de celui qui a eu la première invention : invention qui rendra à jamais sa mémoire affranchie du trépas et son nom si recommandable, que la postérité en fera renaitre le souvenir dans les nations les plus éloignées de la terre.

    Et, certes, quel titre a-on de calomnier un homme qui n'a autre but que de servir le public, et duquel tant de personnes différentes d'âge et de qualité ont reçu des guérisons notables ?  N'est-ce pas directement s'opposer à ce que la vertu enfante de plus rare et de plus excellent ? Mais tant s'en faut que cela rejaillisse à son désavantage, qu'au contraire cela fait reluire d'autant plus l'éclat brillant de sa renommée, s'il est vrai que contraria contrariis opposita magis elucescunt.

    On a toujours remarqué que l'envie a voulu obscurcir la candeur et intégrité des hommes de mérite ; mais toutes les javelines qu'elle a brandi contre leur renom ne sont sorties qu'à sa propre ruine ; plus elle a taché de corrompre leur splendeur par le nuage épais de ses calomnies, plus ils ont fait paraître les rais transparents de leur lumière."

     

    On voit par là l'importance de bien jouer la farce pour vendre ses mixtures au prix fort. Encore faut-il du talent et un parterre de dupes.

    > Giraud Yves. Tabarin et l'Université de la place Dauphine. In: Cahiers de l'Association internationale des études francaises, 1974, N°26. pp. 77-100. doi : 10.3406/caief.1974.1052
    url : /web/revues/home/prescript/article/caief_0571-5865_1974_num_26_1_1052

    Le " chapeau tabarin "

    Au théâtre, le chapeau tabarin est un accessoire modulable qui permet de jouer une infinité de rôles de composition : le mandarin, le soldat de la révolution, le marin pêcheur, l'âne en bonnet, le Napoléon, etc.

    Partager via Gmail Yahoo!

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :